Couverture live
L'Afrique du Sud devrait imposer un confinement plus strict suite à la suspension des vaccins Johnson & Johnson
Actualités
lundi 14 juin 2021
12:10
Écoutez l'article
L'Afrique du Sud devrait imposer un confinement plus strict suite à la suspension des vaccins Johnson & Johnson
Medi1News + MAP
Écoutez l'article

L'Afrique du Sud, qui traverse une troisième vague de Covid-19, devrait imposer un confinement plus strict suite à la suspension des vaccins Johnson & Johnson, a indiqué dimanche la ministre de la Santé par intérim, Mmamoloko Kubayi-Ngubane.

Face à cette situation qui constitue un coup dur à la campagne de vaccination dans le pays, le gouvernement examine la possibilité de renforcer les restrictions pour faire face à la hausse du nombre de nouveaux cas testés positifs au Covid-19, a déclaré Mme Kubayi-Ngubane.

Par ailleurs, a-t-elle signalé, les autorités sud-africaines sont particulièrement préoccupées par la situation dans la province du Gauteng, qui englobe la capitale Pretoria et Johannesburg, dont l'augmentation rapide des infections pourrait poser des défis liés à la capacité d'accueil dans les hôpitaux.

"Le système montre des signes de pression en termes de nombre de patients admis, Gauteng étant la province la plus touchée par cette hausse", a-t-elle précisé.

Samedi, Kubayi-Ngubane avait annoncé que l'Afrique du Sud a décidé de suspendre la vaccination avec deux millions de vaccins Johnson & Johnson "pour non conformité".

Les autorités américaines ont annoncé vendredi que 60 millions de doses fabriquées à Baltimore aux Etats-Unis et dont la production avait dû être stoppée il y a plusieurs semaines, devront être jetés.

Des tests effectués par la Food and Drug Administration (FDA) avaient révélé que des composants du vaccin britannique AstraZeneca, fabriqué dans la même usine, avaient été mélangés par erreur à la formule de J&J.

A la traîne dans la course à la vaccination, l'Afrique du Sud, pays officiellement le plus touché du continent par la pandémie, devait commencer à immuniser sa population de 59 millions au début du mois de février, avec un million de vaccins britanniques de l'alliance AstraZeneca/Oxford.

Ce premier lot avait été réceptionné début février en grande pompe, en présence du président Ramaphosa. Mais quelques jours plus tard, une étude révélant une efficacité "limitée" du vaccin d'AstraZeneca contre le variant sud-africain baptisé 501Y.V2, avait contraint le gouvernement à suspendre sa campagne de vaccination.

L'Afrique du Sud a traversé en janvier une deuxième vague de coronavirus, largement causée par le variant local réputé plus contagieux. Le pays compte actuellement plus de 1,7 million de cas d'infection et plus de 57.000 décès.

Afrique du Sud
Coronavirus
Covid-19
   Autres Articles