Couverture live
Mali: Les autorités de transition veulent organiser des Assises nationales avant de fixer la date des élections (délégation ONU)
Actualités
dimanche 24 octobre 2021
23:12
Écoutez l'article
Mali: Les autorités de transition veulent organiser des Assises nationales avant de fixer la date des élections (délégation ONU)
Medi1News.com+MAP
Écoutez l'article

La délégation du Conseil de sécurité de l'ONU actuellement en visite au Mali a eu, dimanche, des discussions avec des représentants de la société civile et des groupes armés, ainsi qu'avec les acteurs de la transition qui ont exprimé leur volonté d’organiser des Assises nationales avant de fixer la date des élections.

La délégation onusienne, arrivée samedi à Bamako, et codirigée par l'ambassadeur du Niger aux Nations unies, Abdou Abarry, et son homologue français Nicolas de Rivière, comprend notamment l'ambassadrice américaine, Linda Thomas-Greenfield.

Ses membres ont rencontré dimanche le président de transition, le colonel Assimi Goïta, puis le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga, après des entretiens dans la journée avec des représentants de la société civile et des groupes armés signataires de l'accord de paix de 2015.

"Les autorités maliennes que nous avons rencontrées nous ont parlé des Assises nationales de la refondation comme une sorte de préalable aux élections. Le chronogramme indique que ces assises pourraient prendre fin vers décembre et c'est à l'issue de ce processus qu'un calendrier sera établi et soumis aux Maliens ainsi qu'à la communauté internationale", a déclaré M. Abarry lors d'une conférence de presse.

Les autorités de transition maliennes avaient annoncé samedi que ces Assises nationales de la refondation se tiendraient du 21 au 26 décembre.

"Si on ne peut pas avoir d'objection pour les réformes, il ne faudrait pas retarder de façon prolongée la fin de la transition et la possibilité pour les Maliens et les Maliennes de choisir démocratiquement les personnes qui vont prendre en charge la destinée de leur pays", a insisté M. Abarry.

Le colonel Goïta "nous a exprimé que la transition n'est pas là pour perdurer et que les Maliens iront aux élections aussitôt que les conditions seront réunies", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre malien a déclaré, lors de la rencontre avec la délégation de l'ONU devant la presse, que pour son gouvernement, "la sécurité occupe naturellement l'ordre des priorités le plus élevé".

"Comment battre campagne dans des contrées affectées par l'insécurité, assurer la pleine participation des citoyens sans le préalable de la sécurité. Les choix politiques et courageux et avisés sont en cours, qu'il s'agisse de l'autorité (de gestion des élections) ou des assises nationales de la refondation au terme desquelles les Maliens vont renouveler leur vision de l'Etat", a-t-il dit.

Le porte-parole du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Stéphane Dujaric, avait souligné que les principaux objectifs de la visite de la délégation onusienne sont de "veiller à ce que la transition au Mali se déroule comme prévu, de poursuivre la conversation sur les effets du terrorisme et du changement climatique au Sahel et de voir comment le Conseil peut au mieux soutenir la région".

L'objectif principal de cette mission de deux jours est d'évaluer la situation politique, sécuritaire, humanitaire, des droits de l'Homme, de développement, du calendrier de la transition ainsi que l'état de la mise en œuvre des mesures prioritaires de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, avait indiqué, de son côté, le ministère malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale dans un communiqué.

A rappeler qu'un cadre de consultations régulières a été institué entre le gouvernement du Mali et l'ONU depuis l'adoption en 2013 de la résolution 2100 (2013) du Conseil de sécurité créant la MINUSMA.

Après le Mali, la délégation du Conseil de sécurité se rendra dimanche au Niger voisin.

Mali
ONU
Afrique
   Autres Articles