Couverture live

L'Afrique du Sud enterre et pleure Desmond Tutu

Actualités
samedi 01 janvier 2022
13:01
Écoutez l'article
L'Afrique du Sud enterre et pleure Desmond Tutu
Medi1News avec MAP
Écoutez l'article

Les obsèques de l’archevêque Desmond Tutu, figure emblématique de la lutte anti-apartheid en Afrique du Sud et Prix Nobel de la paix, se sont déroulées samedi au sein de la cathédrale Saint-Georges de la ville du Cap, son ancienne paroisse.

Des funérailles officielles spéciales lui ont été réservées en présence d’amis, de dignitaires, de prêtres et de hautes personnalités et ce, en reconnaissance de sa vie distinguée et de sa contribution inestimable à la nation.

A cette occasion et sur la base des souhaits de feu l'archevêque, décédé dimanche dernier à l’âge de 90 ans, la cérémonie funèbre, qui s’est déroulée dans le respect des dispositions de la réglementation sanitaire contre la Covid-19, s’est limitée à la remise par le Président Cyril Ramaphosa du drapeau national à son épouse Mam' Leah Tutu.

Le défunt avait émis le souhait que le cercueil soit le plus simple et le moins cher possible et qu'il n'y ait pas d'autres fleurs dans la cathédrale qu'un seul bouquet d'oeillets offert par la famille.

De nombreuses routes du centre-ville ont été fermées en raison des obsèques, alors qu’un espace public pour le service funéraire a été aménagé sur le Grand Parade, la principale place publique du Cap.

Aux alentours de la cathédrale Saint-Georges où les cendres de Tutu seront inhumées après une incinération privée, le deuil s’est emparé des personnes rassemblées bouquets de fleurs à la main. Un livre de condoléances a été installé à l'extérieur de la cathédrale pour que les membres du public puissent laisser leurs messages.

Dans une oraison funèbre, Ramaphosa a déclaré que «le décès de l’archevêque émérite Desmond Tutu est un nouveau chapitre de deuil dans l’adieu de notre nation à une génération de Sud-africains exceptionnels qui nous ont légué une Afrique du Sud libérée».

«Il était notre boussole morale et notre conscience nationale. Même après l'avènement de la démocratie, Tutu n'a pas hésité à attirer l'attention, souvent durement, sur nos lacunes en tant que dirigeants de l'État démocratique», a-t-il dit.

Dans son sermon aux funérailles, l’évêque Michael Nuttall a déclaré que «Desmond n'était pas engagé dans une croisade d'enrichissement personnel ou d'égoïsme (…), il était un géant parmi nous moralement et spirituellement. Sa foi était authentique, pas contrefaite ou tiède. Il l'a vécu, même à grand prix pour lui-même, avec un amour inclusif et universel».

«Parfois stridente, souvent tendre, jamais effrayée et rarement sans humour, la voix de Desmond Tutu sera toujours la voix des sans-voix», avait dit de lui Nelson Mandela.

De nombreuses autres personnalités ont rendu un vibrant hommage à Tutu, un homme d’une intelligence extraordinaire, intègre et invincible contre les forces de l’apartheid. Il était aussi tendre et vulnérable dans sa compassion pour ceux qui avaient souffert de l’oppression, de l’injustice et de la violence sous l’apartheid, ainsi que pour les opprimés du monde entier.

Au lendemain du décès de celui qui est affectueusement connu sous le nom «The Arche» pour son rire contagieux et son humanité, les hommages continuent d’affluer du monde entier pour le lauréat du prix Nobel de la paix. De nombreuses cérémonies religieuses ont été organisées, alors que les drapeaux sont en berne dans tout le pays et dans les missions diplomatiques sud-africaines à l’étranger, et ce jusqu'au soir des funérailles.

Son décès a privé l'Afrique du Sud d'une icône de la rectitude, d'un réservoir de sagesse, d'un chef spirituel et d'une boussole morale. Voix des Sud-Africains noirs en lutte contre le régime raciste blanc chassé par la démocratie il y a près de 30 ans, il était devenu, après la fin de l’apartheid, le pourfendeur des dérives du gouvernement dirigé par le Congrès National Africain (ANC au pouvoir), critiquant les errements de l’ancien président Thabo Mbeki dans la lutte contre le sida, mais aussi la corruption. En 2013, il avait même promis de ne plus jamais voter pour le parti qui a triomphé de l’apartheid.

Tout en plaidant pour la paix, il a reconnu qu'elle était inaccessible sans la justice sociale, pour laquelle il a fait campagne vigoureusement.

Desmond Tutu s’était peu exprimé publiquement ces dernières années. Il a longtemps souffert d’un cancer de la prostate, diagnostiqué en 1997.

Afrique du Sud
Desmond Tutu
Funérailles
   Autres Articles