Couverture live

C24: Omar Hilale mouche l'ambassadeur algérien pour sa schizophrénie au sujet de l’autodétermination

Actualités
samedi 14 mai 2022
21:07
Écoutez l'article
C24: Omar Hilale mouche l'ambassadeur algérien pour sa schizophrénie au sujet de l’autodétermination
Medi1news+MAP
Écoutez l'article

Réagissant à l’obsession maladive de l’ambassadeur d’Algérie à l’ONU, Nadir El Arabaoui, au sujet du prétendu droit du "peuple sahraoui à l'autodétermination", ainsi qu’à ses propos désobligeants et calomnieux à l’égard du Royaume, lors du séminaire du C24 à Sainte Lucie, le représentant permanent du Maroc à l’ONU, l’ambassadeur Omar Hilale a fustigé le diplomate algérien pour sa schizophrénie au sujet de l’autodétermination en lui rappelant, que “ c’est un principe universel et indivisible".

“Vous demandez l'autodétermination pour les 20.000 personnes que vous séquestrez dans les camps de Tindouf, mais vous la déniez à un peuple de 12 millions d'habitants", a souligné M. Hilale en challengant l'ambassadeur algérien et en lui rappelant que "le peuple kabyle a subi 3 colonisations : ottomane, puis française et maintenant algérienne”. Il s’agit de l'occupation la plus longue de l'histoire de l'Afrique, a-t-il déploré, en s’interrogeant pourquoi l’Algérie ne permet pas au Peuple Kabyle de s’autodéterminer, de s'exprimer et de choisir librement son destin, comme elle le revendique pour les populations des camps de Tindouf.

Par ailleurs, et en réaction aux habituelles allégations fallacieuses de l’ambassadeur d'Algérie sur la situation des droits de l’Homme au Sahara marocain, le diplomate marocain a dénoncé les multiples violations des droits de l’Homme en Algérie, en se référant aux dizaines de communiqués du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'Homme décriant les atteintes aux libertés fondamentales dans ce pays au sombre registre des droits humains.

“Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'Homme a multiplié ses préoccupations par rapport aux persécutions des activistes du Hirak, et des violations massives de leurs droits, notamment, les détentions arbitraires, les restrictions aux libertés fondamentales et les procès iniques", a dénoncé M. Hilale.

Abondant dans la mise à nu de la situation désastreuse des droits de l’Homme en Algérie, l’ambassadeur marocain a ajouté que les activistes sont sévèrement condamnés à plusieurs années de prison. Les blogueurs sont emprisonnés sans procès et certains meurent dans les geôles algériennes comme Feu Hakim Debazi et la presse est muselée. Voilà la sombre et triste réalité de l’Algérie d'aujourd'hui, a-t-il rétorqué.

Remettant à sa place l’ambassadeur algérien qui a qualifié le Sahara marocain de “prison fermée”, M. Hilale l’a confronté à ses mensonges : “Vous avez qualifié le Sahara de prison fermée. Si c’était le cas, pourquoi les pays y ont ouvert 27 consulats ? Pourquoi le Sahara draine-t-il des investissements étrangers colossaux, car aucun pays n’investirait dans une prison fermée? Pourquoi les diplomates, les délégation étrangères et les milliers de touristes afflueraient-ils dans une prison fermée?", a-t-il martelé, en concluant que “la prison fermée c’est l’Algérie, où il y a les violations les plus graves des droits de l’Homme en Afrique”.

S’agissant de la séparatiste sultana Khaya, mentionnée par son parrain l’ambassadeur d’Algérie, M. Hilale a brandi la photo de cette séparatiste subversive en treillis militaire et arborant une kalachnikov, lui déniant tout prétendu statut de militante des droits de l'Homme. Il a informé l’audience qu’“après investigation, les Nations Unies ont confirmé qu’elle n'était pas une militante, parce qu’elle prône la violence armée, et par conséquent l’ONU s’est définitivement dessaisie de son cas”.
 

Omar Hilale
Maroc
Algérie
Maghreb

   Autres Articles