Couverture live

Air France-KLM lance une nouvelle augmentation de capital pour en finir avec la crise

Actualités
mardi 24 mai 2022
10:52
Écoutez l'article
Air France-KLM lance une nouvelle augmentation de capital pour en finir avec la crise
Medi1news+MAP
Écoutez l'article

Espérant laisser définitivement derrière lui le cauchemar de la crise sanitaire, Air France-KLM a annoncé mardi une nouvelle recapitalisation de 2,26 milliards d'euros, qui verra l'armateur CMA CGM devenir son troisième actionnaire après les États français et néerlandais.

Torpillé comme l'ensemble du secteur aérien par le Covid-19 qui lui a fait perdre quelque 11 milliards d'euros depuis début 2020, et dans un contexte de reprise vigoureuse du trafic, le groupe franco-néerlandais veut affecter la majorité des montants levés au remboursement d'une aide exceptionnelle consentie par l'État français.

Ce dernier et l'État néerlandais ont l'intention de souscrire à cette augmentation de capital pour garder les mêmes niveaux de participation, soit respectivement 28,6% et 9,3%.

Pour l'État français, cela représentera un montant de quelque 645 millions d'euros ; côté néerlandais, il sera d'environ 220 millions, selon une lettre du gouvernement au Parlement du pays, qui devra donner son feu vert à cette rallonge.

En revanche, les deux autres principaux actionnaires actuels, les compagnies chinoise China Eastern et américaine Delta Air Lines, verront leur participation diminuer au profit d'un nouvel entrant, CMA CGM.

L'armateur et logisticien français investira jusqu'à 400 millions d'euros et deviendra avec 9% le troisième actionnaire du groupe si l'opération démarrant mercredi et close le 9 juin se déroule comme prévu. Parallèlement, China Eastern passera de 9,6% à 4,7%, et Delta de 5,8% à 2,9%.

L'opération annoncée mardi constitue le deuxième étage des mesures entreprises pour assainir les finances du groupe, après une première recapitalisation en avril 2021.

Outre un doublement de sa participation, le gouvernement français avait alors accepté de convertir en obligations perpétuelles une aide de trois milliards d'euros consentie dès le printemps 2020.

Cette aide avait reçu le feu vert de la Commission européenne, dans le cadre des mesures exceptionnelles prises face à la crise sanitaire.

Mais au nom d'une concurrence équitable, l'institution avait contraint Air France-KLM à des concessions, dont l'abandon de créneaux aéroportuaires à Orly et l'interdiction d'effectuer des acquisitions stratégiques au-delà de 10% du capital des entreprises concernées tant que les aides d'État n'auront pas été remboursées à au moins 75%.

Selon les termes de son communiqué mardi, Air France-KLM souhaite "se libérer" en particulier de cette dernière contrainte, alors que de nombreuses opportunités de consolidation du secteur aérien se dessinent en période de sortie de crise.

Le groupe "affectera environ 1,7 milliard d'euros" du montant qu'elle espère lever au remboursement des obligations souscrites par l'État, tandis que "le solde viendra réduire l'endettement net" de l'entreprise, qui était de 7,7 milliards d'euros fin mars.

Air France-KLM, qui organise mardi après-midi l'assemblée générale de ses actionnaires, avait déjà annoncé vendredi dernier vouloir affecter au remboursement des aides françaises les 500 millions d'euros que le fonds américain Apollo va investir dans une filiale propriétaire d'un parc de moteurs de rechange d'Air France.

Selon Air France-KLM, l'opération annoncée mardi, "ainsi que l'ensemble des mesures de renforcement du bilan prévues", outre le retour espéré à la rentabilité opérationnelle lors des prochains trimestres, "permettront d'inscrire la société dans une trajectoire financière solide".

"À mesure que la reprise se confirme et que nos performances économiques se redressent", Air France-KLM veut pouvoir "saisir toute opportunité dans un secteur aérien en transformation", a commenté le directeur général du groupe, Benjamin Smith, cité dans le communiqué.

L'entrée de CMA CGM au capital, révélée la semaine dernière, est assortie d'un partenariat dans le secteur du fret aérien, devenu extrêmement rentable avec la crise.

Après avoir divisé sa perte nette par trois sur un an au premier trimestre, Air France-KLM a manifesté son optimisme pour la saison estivale, grâce au retour des voyageurs dans la foulée de la levée de restrictions de mouvement : les niveaux d'activité pour la cruciale période d'été devraient s'approcher de ceux de 2019 et même les dépasser pour la filiale "low cost" Transavia.

Selon ses dirigeants, le groupe est sorti intrinsèquement plus rentable de la crise après avoir mené depuis deux ans un plan tous azimuts de réduction des coûts, incluant la suppression de 8.500 postes chez Air France (17% des effectifs), dont 700 auront lieu cette année, et 5.500 chez KLM.

 

Air France-KLM
Crise
Aviation

   Autres Articles