Couverture live

Juillet, le mois de plus chaud jamais selon l'ONU

Actualités
mercredi 10 août 2022
11:38
Écoutez l'article
Juillet, le mois de plus chaud jamais selon l'ONU
Medi1news+MAP
Écoutez l'article

Le dernier mois de juillet a compté des températures parmi les plus chaudes jamais enregistrées dans de nombreuses régions du monde, a rapporté ce mardi l'agence météorologique de l'ONU.

Selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM), les températures relevées pour juillet étaient proches de 0,4℃ au-dessus de la moyenne 1991-2020 dans une grande partie de l'Europe.

Les deux régions ayant connu le plus grand écart de températures avec cette moyenne sont le sud-ouest et l'ouest de l'Europe, en raison d'une vague de chaleur intense survenue vers la mi-juillet.

"Cela s'est produit malgré le passage de La Niña, dont l’influence aurait dû être rafraîchissante", a expliqué Clare Nullis, porte-parole de l'OMM, ajoutant que la chaleur exceptionnelle du mois de juillet est “constatée à certains endroits, mais pas à l'échelle mondiale”. Il s'agissait de l'un des trois mois de juillet les plus chauds jamais enregistrés - légèrement plus frais que juillet 2019 et plus chaud que 2016 en l’état actuel des connaissances.

Le Portugal, l'ouest de la France et l'Irlande ont battu des records de chaleur, tandis que l'Angleterre a relevé pour la première fois de son histoire des températures atteignant 40℃, selon l’agence onusienne.

Des records nationaux pour les températures maximales quotidiennes ont également été battus au Pays de Galles et en Écosse.

L'Espagne a aussi connu son mois le plus chaud jamais enregistré en juillet, avec une température moyenne nationale de 25,6°C - et une vague de chaleur du 8 au 26 juillet la plus intense et la plus longue jamais enregistrée.

Sur la base des données du service Copernicus de la Commission européenne sur le changement climatique, l'agence météorologique des Nations Unies a confirmé que l'Europe avait connu son sixième mois de juillet le plus chaud.

Juillet
Canicule
Températures
ONU